Rouler à vélo en hiver : quelle tenue adopter ?

couverture de l'article survivre à vélo en hiver

En hiver, il fait froid (et à vélo, c’est pire)

Faire du vélo en hiver peut paraître insurmontable. En moyenne, il fait 5,4°C sur le territoire français entre décembre et février. Bien que positif, ce chiffre peut facilement devenir un calvaire lorsqu’on roule à vélo. Doigts gelés, nez rouge, orteils douloureux : la peine des cyclistes non-avertis s’alourdit à chaque fois que le mercure diminue. Lorsque les températures sont négatives, nombreux sont ceux qui abandonnent leur deux roues pour la chaleur des transports en commun ou de leur voiture. Pourtant, il existe des solutions simples pour lutter contre le froid. Entre bons équipements et petites astuces, nous avons fait pour vous le plein de conseils pour affronter l’hiver !

Un équipement spécial hiver de la tête au vélo

La stratégie gagnantes des “couches”

C’est un conseil qu’on ne répétera jamais assez : plutôt que d’opter pour un seul vêtement très chaud, mieux vaut privilégier différentes couches. En effet, avec un seul “gros manteau” vous allez perdre en mobilité, et surtout, vous risquez la surchauffe et la transpiration. A vélo dans le froid, on veut avoir chaud !

La tenue idéale selon nous ? Un vêtement technique (collé au corps) pour vous tenir bien au chaud et empêcher le vent glacé de s’infiltrer sous vos vêtements. Ajoutez-y un haut léger, un pull, et enfin, un blouson (ou même une légère doudoune sans manche, pour garder une bonne mobilité du haut du corps). Vous serez au TOP, grâce à une gestion optimale de la transpiration et un bon maintien de votre chaleur corporelle. Cette tenue vous permet en plus de limiter le choc de température à votre arrivée. Vous savez, cette sensation d’avoir très chaud une fois rentré en intérieur (et qui vous fait en conséquence beaucoup transpirer). Bref, c’est tout bénef. Si vous n’avez pas déjà opté pour cette combinaison gagnante, croyez-nous, ça va vous changer la vie.

vélo dans la neige en hiver

L’essentiel : une bonne paire de gants

Vos doigts ont souvent tendance à se congeler lorsque vous roulez à vélo sans les avoir protégés et qu’il fait froid ? Les nôtres aussi. En plus d’être désagréable, cela peut même représenter un danger pour votre sécurité puisqu’il devient plus difficile de freiner. Pour éviter la paralysie, une paire de gants est essentielle !

Certains modèles sont plus adaptés aux basses températures que d’autres. Si l’ensemble d’entre eux offre un confort non négligeable, il est préférable d’opter pour une paire imperméable. Rien de pire que de rouler avec des gants mouillés ! Certains modèles, en laine par exemple, deviendront humides si vous transpirez trop et vous procureront l’effet inverse de celui escompté. 

Nous pouvons vous conseiller deux modèles : le premier de la marque Proviz qui vous apportera, en plus d’un maintien de chaleur et d’une bonne visibilité, une très bonne imperméabilité. Ces gants vous protégeront jusqu’à -5°C sans difficulté. 

Le second modèle de la marque Tucano Urbano promet élégance et confort tout en assurant une étanchéité parfaite grâce à ses sur-gants.

Notre astuce secrète : vous pouvez également opter pour des moufles ! Elles permettent d’encore mieux conserver la chaleur de vos doigts. Les canadiens l’ont déjà tous adoptés ! (Bon, on n’en propose pas dans notre catalogue … On vous autorise à aller voir ailleurs … Pour cette fois !)

Une deuxième couche avec des couvre-chaussures et des manchons

Parfois, mettre des gants et des chaussures ne suffit pas à protéger convenablement vos mains et vos pieds. Lorsqu’il fait un froid polaire et que vous êtes à vélo, il est important de se tourner vers des équipements adaptés.

C’est le cas par exemple des sur-chaussures qui permettent, non seulement de protéger vos souliers des jets de boues et de la pluie, mais également de faire barrage au vent et de préserver vos orteils !

Vous pouvez aussi investir dans des manchons, par exemple ceux de la marque Tucano Urbano, pour protéger vos doigts. Les manchons, épais et imperméables, s’accrochent généralement au guidon de votre vélo afin d’y glisser vos mains tout en gardant un accès direct aux freins. Avec ça, vous allez dire adieu aux mains gelées et douloureuses ! 

Un bonnet pour en finir avec les oreilles congelées

Lorsqu’on roule à vélo en hiver et que les températures chutent, nos oreilles sont souvent les premières à en pâtir. La solution ? Un bandeau qui protège vos oreilles, ou alors un bonnet. On vous conseille de privilégier les matières chaudes et respirantes, le top restant le mérino.

On peut vous recommander notre bonnet de la marque Weathergoods Sweden qui vous permet de mêler confort et sécurité. Le plus ? Il est très fin et peut également être porté sous votre casque au besoin.

vélo sous la pluie en hiver

Le vélo en hiver, ce n’est pas que braver le froid…

… Mais aussi la tempête. Facile avec un poncho ou une cape de pluie !

Si par jour de pluie, la fréquentation des pistes cyclables diminue de 20 à 35%, c’est peut-être la faute à des tenues inadaptées aux intempéries. Un vieil adage (peut-être pas si vieux) dit qu’à vélo “il n’y a pas de mauvais temps, seulement de mauvais vêtements”.

Mais alors, un bon vêtement sous la pluie, c’est quoi ? Si vous voulez notre avis, c’est un habit qui ne demande pas de choisir entre esthétisme et praticité. Il existe des équipements étanches pour tous les goûts et toutes les pluies, des plus fines aux plus fortes, avec chacun leurs qualités. Souvent, meilleure étanchéité rime avec moins bonne respiration. Opter pour un vêtement avec une étanchéité maximale a donc peu d’intérêt pour des déplacements urbains puisque votre sueur se chargera de vous tremper à la place de la pluie. Il est donc important de choisir le juste milieu.

Certains produits permettent très bien ce compromis. C’est le cas notamment des capes de pluie qui assurent la protection de vos vêtements tout en vous offrant élégance et style sur votre deux roues. Il en existe pour tous les goûts et tous les styles : des couleurs tranchées de la marque Le Temps Des Grenouilles à l’imperméabilité renforcée de la marque Weathergoods Sweden.

Avec ça, vos tenues restent sèches et vous n’avez plus peur de sortir lorsqu’il tombe trois gouttes. En plus, votre peau respire et vous arrivez au travail resplendissant !

Rappelons enfin que la probabilité de rouler sous la pluie dans l’année à vélo reste en réalité assez faible. D’après l’étude de Météo France on ne se mouille qu’une fois tous les 24 trajets dans le sud, et tous les 18 trajets à Paris.  

Bon, vous savez désormais tout pour rouler sereinement en hiver, et ne plus jamais quitter votre vélo !

femme qui fait du vélo en hiver dans le froid

Pour découvrir nos prochains articles de blogs et en apprendre encore plus sur le vélo et sa pratique, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur Facebook ou Instagram !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench
de_DEGerman fr_FRFrench